About me

  • Photo prise sur la pointe du Van dans le Finistère un soir d'été 2020.

Pourquoi je photographie ?

        Observer, admirer, contempler « mère nature », voilà ce qui me passionne depuis mon enfance. Cette appétence pour le vivant comme pour le monde minéral s’est inscrite naturellement dans mon cursus universitaire à travers des études de sciences et de l’agrégation en géologie. La photographie est pour moi un prolongement naturel de cette même admiration. La proxiphotographie a été comme un coup de foudre puis mon regard s’est porté sur la roche, l’inerte…Lorsque je parcours des paysages comme ceux offerts par la vallée de Glencoe en Ecosse, je me sens comme un petit grain de sable face à une montagne. Cette montagne était là bien avant nous et le demeura après, nos choix comme nos non-choix nous semblent alors insignifiants. Un sentiment de sérénité nous traverse, ce que nous observons n’est plus que le reflet du passé, le temps ralentit et laisse place à l’humilité. Paradoxalement l’une des principales difficultés du photographe de paysage se résume à capturer des moments éphémères où les conditions réunies subliment la nature. Certaines conditions sont maitrisables comme le moment où je vais photographier, l’endroit, le matériel utilisé ou encore les réglages tandis que d’autres restent imprévisibles comme la météorologie et c’est justement ce que j’aime ! Ainsi John Stuart Mill disait : 

« La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard. » 

        C’est toujours avec un grand plaisir que j’aborde la photographie de paysage avec mes élèves lorsque j’enseigne la géologie. Les reliefs que nous admirons lors de nos voyages sont le résultat d’une longue histoire géologique. La géologie et les paysages sont deux domaines indissociables. La nature des roches, les mouvements géologiques influencent aussi bien les teintes que les textures des roches qui dessinent nos paysages. Ainsi une montagne de granite ne réfléchira pas la lumière comme le feraient des orgues basaltiques. Mes compétences photographiques influent donc mon enseignement en géologie tout comme mes compétences dans le domaine des neurosciences cognitives influent ma manière de photographier ou encore les conseils que je donne dans ce domaine. J’ai donc un parcours atypique où mes deux domaines de compétences s’influencent mutuellement ! 

Mon style photographique

        La lumière qu’elle soit douce ou ombrageuse vient sublimer les paysages dessinés par les roches. L’atmosphère, la lumière, l’ambiance générale sont pour moi les composantes essentielles d’une photo « réussie ». J’aime les contrastes pour leur complémentarité, cela est pour moi source d’équilibre. J’essaye de les mettre en valeur dès la prise de vue puis en post traitement. Ces contrastes se retrouvent aussi bien dans les couleurs, que les formes ou encore dans les textures.

« La photographie est un désert dont la lumière est l’oasis. »  Remy Donnadieu

Pointe Petit Minou (Bretagne)

        Côté matériel je ne me sépare jamais de mon 24 – 70 mm, ce n’est pas un très grand angulaire mais sa luminosité et son piqué m’ont convaincus. J’emmène souvent aussi avec moi mon 100 mm macro 2,8, pour mettre en valeur les textures. Par ailleurs j’utilise bien souvent dès la prise de vue des filtres aussi bien pour l’aspect technique que créatif. J’ai certes une formation initiale naturaliste mais l’imaginaire, l’art, sont pour moi des éléments essentiels à la photographie.